Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www0.hku.hk/physio/images/jyue2.jpg
La sérine/thréonine-protéine kinase PLK également appelée Polo-Like-Kinase 1 est une enzyme qui intervient dans les étapes de la mitose, processus qui permet à une cellule-mère de se scinder en deux cellules-filles. Elle se localise dans les centrosomes au cours de l’interphase- premier temps de la mitose - et aurait un rôle dans la division des chromosomes.
PLK1 est proto-oncogène, c'est-à-dire qu'elle est  impliquée dans le contrôle de la division cellulaire (stimulation) et dont la mutation est à l'origine de tumeur (prolifération excessive des cellules). L’expression de la protéine PLK1 est augmentée dans de nombreux cancers : cancer du sein, cancer colorectal, de l’estomac et de l’œsophage, du pancréas, de la peau, de l’utérus, du larynx, certains cancers du poumon...).
Les scientifiques travaillent depuis longtemps à identifier des inhibiteurs spécifiques qui permettraient de réguler cette surproduction de PLK1. Les résultats sont très insatisfaisants car les molécules jusqu’ici découvertes ont toutes des effets secondaires importants.      
Une équipe dirigée par RSansOPt2_100.jpgCellules_controle_100.jpgobert Weil (unité de « Signalisation moléculaire et activation cellulaire», Institut Pasteur/CNRS, Paris) a mis en évidence la capacité d’une protéine, nommée Optineurine, à inactiver spécifiquement PLK1. L’étude in cellulo – directement à l’intérieur des cellules- montre qu’en l'absence d'Optineurine, l’activité de PLK1 n’est plus contrôlée. Il en résulte des anomalies cellulaires importantes : défauts de séparation des chromosomes, cellules à plusieurs noyaux...
Plus connue jusqu’ici pour son rôle antibactérien et antiviral, Optineurine assure donc aussi une fonction de régulateur spécifique de l’enzyme PLK1. Cette découverte ouvre la porte à de belles espérances pour les tumeurs associées à une surexpression de PLK. Viser Optineurine permettra de contrarier la prolifération cellulaire non contrôlée de ces cancers
Illustrations - Figure 2: Yue Jianbo Professeur assistant de l'université de Hong Hong - © Institut Pasteur :L'image (à gauche) montre les cellules normales, où l’optineurine est exprimé (noyau en bleu). L'absence d’optineurine (à droite) peut provoquer la réplication du  noyau de indépendamment de la division cellulaire entrainant la formation de cellules à noyaux multiples  (flèches).
Source: Plk1-dependent phosphorylation of Optineurin provides a negative feedback mechanism for mitotic progression, Molecular Cell, published February 24, 2012 David Kachaner1, , Josina Filipe, Emmanuel Laplantine, Angela Bauch, Keiryn L. Bennett, Giulio Superti-Furga, Alain Israël, et Robert Weil
 
 
Tag(s) : #Quoi de neuf en cancérologie?

Partager cet article

Repost 0