Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chantal Catalayud est psychanalyste de formation philosophique et linguistique. Pédopsychanalyste, art-thérapeute, psychogénéalogiste, fondatrice de l'Institut Français de Psychanalyse Appliquée, directrice de publication de Psychanalyse Magazine et de Je Magazine, elle continue par ailleurs d'exercer son métier de psychanalyste.

 

Ce livre est un peu ardu car en langage très psychanalytique.. petit mais costaud !

Une démarche commune est de se faire aimer par les autres pour s'aimer soi-même..et nous avons engrammé une propension à oublier de prendre en compte les désirs des autres : par exemple lorsque nous faisons un cadeau très souvent , nous le faisons comme si c'était pour nous ou nous nous autorisons à faire CE cadeau à un tiers que nous , n'aurions pas osé nous faire à nous même, inconsciemment ne nous en jugeant pas digne.

 

Certains se disent  victimes des autres ! en fait, cela arrange la victime: fréquenter " son bourreau " occupe " la victime " à riposter, geindre.. pendant ce temps , elle occulte de s'occuper véritablement d' elle, de son "JE". Nous projettons nos propres imperfections sur les autres - allégrement -et  ainsi , nous ne nous  regardons pas, ne nous voyons pas.. trop occupés à critiquer, juger l'autre! saint Parfait, nous sommes !

 

L'influence du regard de l'autre... comment se met en place ce processus ? cette permissivité qui conduit à se laisser influencer voire diriger par les autres ? Nos élans innés seraientt modifiés afin de nous fondre dans un moule commun, moule qui tient compte de notre héritage ancestral (psychogénéalogie )

Lorsque nous sommes au prise avec un ressenti, des émotions.. nos fantasmes vont bon train et avec eux la folle -du - logis (l'imagination) se met en action.

Le regard de l'autre provoque une négation de soi liée à un sentiment d'insécurité, sans réel fondement, qui crée une brèche et toutes nos peurs inconscientes nous assaillent: peur de mal faire, de ne pas être à la hauteur, de ne plus être aimé...

 

Se libérer du regard de l'autre consiste à évoluer dans l'ici et le maintenant. Faire du présent son atout, car à bien y regarder, toute critique est projective. S'approprier les réflexions désobligeantes, faire cas des phrases assasines comme autant de censures à apprivoiser, faire une auto-analyse de ce que les autres cherchent à nous faire passer pour des handicaps.

L'OMS définit le handicap comme un désavantage. Chantal Calatayud nous propose de les chérir, de les reconnaître et d'en faire une base de travail pour soi, sur soi..Une bien belle proposition..

 

 

 

Tag(s) : #Une selection de Ma bibliothèque

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :