Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://vulgariz.com/wp-content/uploads/2009/08/cellule-t-tuant-cellule-cancereuse.jpgStimuler le système immunitaire afin de s'opposer à la croissance des cellules cancéreuses est une idée vieille d'un siècle. En 1893, William Coley observa que l'injection d'extraits bactériens pouvait entraîner la régression de tumeurs chez des patients atteints de cancers. Dès le début du siècle, Paul Ehrlich suggéra que les cellules modifiées de l'organisme pouvaient être considérées comme étrangères et être ainsi éliminées par le système immunitaire. Cinquante ans plus tard, Lewis Thomas émit l'hypothèse que l'immunité à médiation cellulaire était le principal mécanisme impliqué dans l'élimination des cellules cancéreuses. D'après ces théories, un cancer survient s'il y a échappement des cellules tumorales au système immunitaire, ce qui a conduit Mac Farlane Burnet à proposer alors le concept d'immunosurveillance.(1) Les tumeurs se développent généralement à partir de cellules dans lesquelles s'accumulent des anomalies génétiques. Chez l'homme, bien que les lymphocytes s'accumulent au sein de certaines tumeurs, leur présence n'est généralement pas suffisante pour permettre le contrôle de la croissance tumorale ou la régression des cancers. Les lymphocytes infiltrant les tumeurs en progression (TIL, tumor infiltrating lymphocyte) présentent généralement une activité antitumorale déficiente et différents mécanismes permettent vraisemblablement aux cellules tumorales d'échapper au système immunitaire. Une immunothérapie précoce permettrait peut-être d'agir sur une masse résiduelle minime et avant que les cellules tumorales ne déclenchent des mécanismes d'échappement.

http://www.inserm.fr/var/inserm/storage/images/mediatheque/images/site-grand-public/espace-journalistes/communiques-de-presse/cp_inserm_5996_cancer/102934-1-fre-FR/cp_inserm_5996_cancer.jpgKunle Odunsi, MD, Ph.D., président du the Department of Gynecologic Oncology and Director of the Center for Immunotherapy at Roswell Département d'oncologie gynécologique et directeur du Centre pour l'immunothérapie à Roswell Park Cancer Institute (RPCI), Elke Jäger, MD, Head of the Department of Oncology andPark Cancer Institute (RPCI), Elke Jäger, MD, Chef du Département d'oncologie rapportent cette approche dans la revue PNAS , Proceedings of the National Academy of Sciences

Fondant leur travail sur les travaux de la phase I qui ont montré que les poxvirus peuvent être efficaces dans une thérapie anticancer cancer therapies, Dr. Odunsi, Dr. Jäger and their co-authors conducted two para, les chercheurs ont mené en parallèle, deux phase II clinical studies using modified versions of the smallpox and fowlpox viruses, engineered to expressétudes de phase II utilisant des versions modifiées du virus de la variole et de la variole aviaire, combinées à un antigène tumoral ciblé NY-ESO-1, chez les patients atteints d'un cancer de l'ovaire et le mélanome.

In the two studies, which involved 25 melanoma patients and 22 patients with ovarian cancer, all at high Dans les deux études, 25 patients atteints de mélanome et 22 patients avec cancer de l'ovaire, à haut risk for recurrence or progression of disease, participants were injected with a “prime andrisque de récidive ou de progression de la maladie ont reçu « le vaccin avec une prime pour boost” regimen: the re-engineered smallpox vaccine, followed by a fowlpox booster vaccination. booster la réponse immunitaire»: le vaccin contre la variole suivi d'une vaccination de rappel diphtérie aviaire.

http://www.ciml.univ-mrs.fr/fr/sites/default/files/imagecache/wysiwyg_imageupload_lightbox_preset/wysiwyg_imageupload/cancer_cell_1.jpgSur les 22 femmes avec un cancer des ovaires, 70% ont eu une réponse positive à la vaccination ; Dr Odunsi rappelle les résultats prometteurs. Dans une autre étude chez les femmes qui avaient déjà eu plusieurs récidives, le vaccin a retardé le prochaine rechute de près de deux ans. Jil Kisker fait partie d'une cohorte du docteur Odunsi: diagnostiquée il y a 3 ans, elle a été opérée, reçu un traitement de chimiothérapie et a intégré cette étude ; elle a reçu une dose vaccinale chaque mois pendant 7 mois. Les médecins ne constatent aucun effet secondaire chez les femmes qui ont reçu le vaccin, autre qu'un peu de rougeur au site d'injection

The treatment extended average patient survival several months in both groups, leading the authors to Le traitement a prolongé en moyenne de 48 mois, la moyenne de survie des patients dans les deux groupes - ovaire et mélanome- , ce qui conduit les auteurs à conclude that further evaluation of this approach is warranted in these two patient populations.conclure qu'une évaluation plus poussée de cette approche est justifiée dans ces deux populations de patients.

L'étude MIMOSA (2) a, elle aussi ciblé le cancer des ovaires. Elle a recruté, sans problèmes et sans toxicités particulières, toutes les patientes prévues dans l'essai. Grâce au vaccin à base gynécologique, le système immunitaire devrait être capable de reconnaître et d'attaquer les cellules tumorales qui présentent la protéine CA125. Cela pourrait apporter l'espoir que le système immunitaire se mette à combattre toutes les cellules tumorales résiduelles et que l'on parvienne ainsi à prévenir toute récidive de la maladie. L'étude a été close le 26 décembre 2009. Les malades ayant participé à l'essai sont suivies et les résultats de l'efficacité de ce vaccin ne seront connus qu'à la FIN 2012...

Photographies: cellules immunitaire tuant un cellule cancéreuse - Frottis de moelle osseuse. x16.- Une cellule NK (à gauche) interagissant avec une cellule tumorale (à droite). Avec l’aimable autorisation de Christina Trambas, Cancer Council of Tasmania

sources:Efficacité de la vaccination de la vaccine recombinants et vecteurs exprimant la variole aviaire NY-ESO-1 antigène dans le cancer des ovaires et de patients atteints de mélanome,"   (1) étude - Lire encore: Quand notre propre système immunitaire (2) lire ce que j'en disais en 2009 :un vaccin contre les récidives de cancer des ovaires? I hope 

Tag(s) : #Quoi de neuf en cancérologie?

Partager cet article

Repost 0