Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Progestérone, œstrogène,  testostérone, TSH, cortisol, insuline, ocytocine, dopamine, leptine, mélatonine, calcitonine.. Toutes ces hormones ne nous veulent pour la plupart que du bien mais sécrétées en excès ou en défaut, elles dérèglent toute notre belle machinerie physiologique.

Certains comportements peuvent chouchouter nos glandes. Même les femmes et les hommes qui ont une bonne hygiène de vie, peuvent souffrir de la fatigue, d'insomnie, d'un excès de poids, avoir du brouillard dans le cerveau, des troubles de l’humeur… Équilibrer nos hormones n'est pas si difficile et peut stimuler votre vie personnelle et professionnelle, de belle manière.

Voici les meilleurs conseils recensés :

1. Les aliments « blancs», tu banniras.                                                                       Beaucoup de nutritionnistes ou médecins qui s’intéressent à la nutrition, conseillent aux patients d'éliminer les glucides raffinés, comme le sucre, le riz blanc, le pain, l'alcool et les aliments à base de farine blanche, comme des muffins, des bagels, des pâtes, des bretzels et autres grignoteries. J'irais plus loin et vous suggérerai de faire un régime sans blé pendant un mois. Lorsque vous le réintroduirez, soyez attentif(ve) à vos symptômes pour voir si vous devriez l’éloigner pour toujours..

2. Ton taux d'oméga-3 acides gras, tu surveilleras.      Consommer plus d’oméga-3 est l'un des moyens les plus faciles pour équilibrer vos hormones. DSS, Béliveau, T.Souccar le conseillent depuis longtemps ! Cela peut être sous la forme d’huile de poisson. Les huiles de graines de chia (1), de cameline, de lin- la plus généreuse- et de noix sont tous riches en acide alpha -linolénique ( ALA) , qui est  convertie en oméga-3. Toutefois, cette conversion est affectée par la quantité d’oméga-6 présents dans l’alimentation, ce qui renforce davantage l'importance de l'équilibre oméga-6/oméga-3. Comme le mentionne le docteur Sachs, Professor of Cardiovascular Disease Prevention, du département de nutrition de la prestigieuse Harvard School of Public Health, le corps convertit partiellement l’ALA en EPA et DHA, mais les chercheurs ne savent pas si ALA a des avantages importants pour la santé ou si elle doit être transformée en EPA ou DHA pour être efficace (2). Donc, tablons aussi sur les poissons gras et les huiles de poissons.

3. Ton huile riche en Oméga 6, tu jetteras.                                                                      Beaucoup d'huiles contiennent des oméga-6 promtteurs des maladies cardiaques, de déséquilibre hormonal pour n'en nommer que quelques-uns. Des exemples d'huiles à éviter: huile d'arachide, l’huile de canola, l'huile de soja, de la margarine ou d'autres matières grasses modifiées chimiquement.

4 . La caféine, tu limiteras.                                               L'excès de caféine active les surrénales qui augmente sa production de cortisol et ralentit la thyroïde. Cela ne veut pas dire que vous ne pouvez jamais boire de café ! What else? Mais essayez de le coupler avec la bonne nourriture grasse pour une libération lente du stimulant.

 

5. De l'huile de noix de coco et les avocats, tu consommeras.                

J’ai découvert l’huile de coco grâce à ma nouvelle fonction de testeuse de produits bio. L’huile de coco est extraite de la chair de noix de coco. Dans plusieurs régions tropicales du monde, elle constitue la principale source de matière grasse. En raison de sa grande résistance à la chaleur, c’est une excellente huile à friture, explique Nicole Fetterly, diététicienne à Vancouver. Selon elle, l’huile de coco vierge est très «propre» «Beaucoup d’huiles végétales sont remplies de produits chimiques en raison du procédé de raffinage. Par exemple, les fabricants utilisent un procédé de blanchiment afin d’obtenir une belle huile claire qui plaît aux consommateurs.» La consommation de graisses saturés est la meilleure façon de stimuler la production de la testostérone ou des hormones féminines. Le cholestérol est nécessaire à la formation des membranes cellulaires saines, il est un précurseur de toutes les hormones stéroïdiennes (progestérone, œstrogènes, FSH , etc. ). Nous ne pouvons pas avoir un équilibre hormonal sans des quantités suffisantes d’acides gras saturés. « On » nous dit très souvent que l'huile de coco est une «mauvaise graisse » parce que « saturée ». C'est par trop réducteur. Les graisses saturées -à ne pas confondre avec les graisses trans- en quantité limitée sont importantes. Celles contenues dans l'huile de coco sont d'une nature très particulière car composées en grande partie d'acide laurique (45%), un acide gras à chaîne moyenne que l'on trouve également dans le lait maternel qui est extraordinairement bénéfique à notre métabolisme. «Si vous songez à inclure l’huile de coco dans votre régime, assurez-vous d’utiliser une huile pressée à froid à 100 %, insiste la spécialiste. Servez-vous-en avec modération et usez de prudence, comme pour tout aliment contentant des matières grasses saturées». L’huile de coco stimule aussi le système immunitaire. Quant aux avocats, pas besoin de plaider leur cause. (3)

6. La leptine, tu fixeras.                                                                                                

  La leptine parfois dite « Hormone de la faim » est une hormone sécrétée par les adipocytes du tissu adipeux, qui régule la faim et le métabolisme. Nous pouvons créer des dépressions dans nos niveaux de leptine en consommant trop de sucre ou d’aliments transformés ou en lésinant sur notre sommeil et par conséquence, nous éprouverons plus de fringales et notre métabolisme sera plus lent. La solution ? Mangez des aliments entiers, évitez de sucre et de dormir tout notre soùl.

7 . Ton taux de vitamine D, tu équilibreras.                    

 La vitamine D agit comme une hormone dans notre corps, et le déficit a été liée à des allergies, de l’asthme, le gain de poids, la fatigue, les allergies alimentaires et même le cancer. Il vaut mieux la fabriquer himself à partir du soleil, mais souvent, notre production est insuffisante. Les niveaux de vitamine D peuvent être testés en laboratoire, et un supplément de vitamine D peut être trouvé dans différentes formes. (4)

8. Des fibres, tu consommeras.                                                                                  

 Une alimentation pauvre en fibres entraine des niveaux d’œstrogènes plus élevés, tandis qu’un régime riche en fibres entraine une baisse des niveaux de cette hormone. Pourquoi? L'excès d'œstrogènes est excrété dans les selles. Quand les selles restent dans le colon pendant un certain temps, comme lors de la constipation, les œstrogènes sont réabsorbés. Des études ont montré que les femmes qui suivent un régime riche en fibres ont des faibles taux d'œstrogènes circulants car éliminés avec les selles. Les faibles niveaux de l'œstrogène signifient moins de stimulation ostrogénique du tissu mammaire, par exemple, ce qui réduit le risque de cancer du sein. (5) Consommons allégrement céleri, pommes,baies, flocons d'avoine, noix et  graines et toute sorte de haricot.   

 9.Tes baskets tu chausseras .                                                                                        

Un jogging avec un petit sprint final, quelques fois par semaine est healthy. Il vous donne une grande rasade d’endorphines et ralentit le vieillissement. Avec la course d’octobre rose qui approche, cela devient un objectif amusant !  

10. Les perturbateurs hormonaux, tu banniras de ta salle de bains et cuisine.         Nous connaissons peut-être ons que la pointe de l'iceberg en ce qui concerne l'hormone perturbateurs endocriniens chimiques. C'est trop dur pour éviter tout mais essayez d'éviter celles-ci: parabens, phtalates, Le bisphénol -A (BPA)… La liste complète des perturbateurs endocriniens est d'environ 515 ! Et nous ne les connaissons même pas tous.(6)

 

11. Ton stress, tu gèreras.                                                                                           

Même si vous êtes un modèle d’observance des points ci-dessus, si vous êtes stressé(e), les niveaux élevés de cortisol vont affoler vos glandes ! Alors que des niveaux élevés de cortisol sont généralement considérés comme quelque chose qui ne touchent que les personnes aux prises avec un gain de poids, même les gens minces ont à se soucier de cortisol : des chercheurs de l'Université de Yale, par exemple, constaté que les femmes minces qui avaient cortisol élevé ont également eu plus de graisse abdominale.(7)

 

Sources: chronique écrite d'après "  15 Tips To Balance Your Hormones" BY DR. AMY SHAH (1) huile de chia    sur Passeport santé (2) article du docteur Sachs   (3) les avocats ne nous veulent que du bien  (4) vitamine D et encore cela  (5)  Estrogen dominance syndrome by Ronald Hoffman, M.D. (6) 515 produits  issus de sproduits de beauté pénétrent notre peau  +  zegreenweb (7) stress et ventre plat 

Quelques conseils pour être en paix avec ses hormones
Tag(s) : #santé

Partager cet article

Repost 0