Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je rêvais d'une vie sans conflit, où règnerait l'harmonie parfaite entre les êtres... C'était un monde imaginaire !

J'avais une relation ambigue avec les contentieux.. ma face A n'aimait pas, et ma face B les recherchait un tantinet avec mon esprit de contradiction, de contestation, d'opposition... Certainement preuve de ma faible estime de soi..
D'une façon générale, je n'aime pas les conflits.. je les fuyais, mettais beaucoup d'énergie à les éviter en me mettant dans ma bulle, parfois en faisant  la tête ( bizarre expression.. ) et souvent je jugeais ces sources de conflits comme subalternes, ne nécessitant pas l'affrontement.Ou je les "résolvais" en abdiquant avec comme consolation que c'est le plus intellligent qui cède ..en fait, rien n'était résolu !Au contraire.

En y réfléchissant, je me suis rendu compte que l'on ne peut pas vivre sans conflit, car nous sommes tous différents , même au sein d'une famille. Je me suis dit que l'énergie que j'utilisais pour les fuir, pouvait être mise à profit pour mieux les vivre, à oser entrer dedans plutôt que de tenter d'en sortir avant d'y être entrée, et surtout accepter le désaccord comme faisant partie de la vie.  J'étais parfois sur le qui-vive , à me retirer au moindre signe avant coureur de tension. J'étais une accroc au consensus, à l'harmonie, à l'unanimité. Cette tension était très incommode..

J'ai appris que le conflit signale une évolution nécessaire, un changement à accueillir, qu'un besoin n'est pas reconnu. Le conflit interne est également très inconfortable: lorsque l'on se sent tiraillé entre deux parties de nous.. le problème est souvent résolu en mettant un couvercle dessus ou un mouchoir.. c'est le refoulement , si dangereux.

Je préférais mes relations - amis, famille, confrères..- plutôt comme je les révais, comme j'espérais qu'ils devaient être.. pas toujours comme celui ou celle qu'ils étaient  entrain de devenir.. qui n'a pas imaginé que si sa mère, son conjoint, son patron..  avait été différent, les relations auraient été meilleures ? vous auriez été meilleur ? plus heureux ?

Tout ce travail aboutit à un meilleur positionnement de ma part, à oser poser mes besoins, à écouter ceux de l'autre , à l'accueillir dans le calme et la paix, à demander ce que je veux demander, à parler vrai et donner la note juste de mon ressenti, de transformer ce qui est à transformer , accepter ce qui est , lâcher ce qui est à lâcher.J'ai atteint l'harmonie dont je rêvais..

Si l'écoute mutuelle ne permet pas de dégager une solution négociée qui tient compte des besoins de l'un et de l'autre, il reste l'acceptation qui n'est pas du tout de la résignation. La différence ? l'acceptation engendre la paix, la joie, la résignation se maintient dans l'amertume.
A ceux qui vivent un conflit, il leur est proposé trois options :
- quitter la relation qui ne convient plus;
- rester dans cette relation en état de guerre ouverte ou froide, en ne voyant que ce qui ne va pas au point d'oublier ce qui va;
- rester dans cette relation en état de paix.

Nous avons toujours le choix... C'est le courage qui manque, la peur du changement qui bloque.

Tag(s) : #Au fil de ma mue

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :