Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Certains cancers ont une tendance à dissiminer des cellules tumorales dans la paroi abdominale , en touchant le péritoine, l'épiploon : ce mécanisme s'appelle la carcinomatose ou carcinose péritonéale. Le cancer des ovaires est de ceux-là avec celui du colon,  rectum, utérus, col, vessie... 
 http://www.fluoptics.com/fr/img_fluoptics/Company_surgeon.jpgLes chances de guérison/rémission lorsqu'il y a carcinomatose,  sont directement proportionnelles à la qualité du geste chirurgical: plus la résection tumorale est parfaite ou proche de la perfection, plus les chances sont élevées. Le principal écueil est la dissémination des cellules tumorales et la grande difficulté à les réséquer. Les amas infinitésimaux macroscopiquement posent un problème mais les  microscopiquement , sont un fléau . La chimiothérapie peut en venir à bout .. Mais..
Des chercheurs japonais ont mis au point une molécule permettant de mettre en évidence ces amas de cellules cancéreuses en quelques minutes , au cours de la laparotomie * Le chirurgien pulvérise ce révélateur dans le champ opératoire: les amas cancéreux deviennent fluorescents ce qui permet de procéder à l'ablation , au scalpel.  De la magie-chirurgie ? Pas tout à fait , car elles ne sont pas visibles à l'oeil nu : le révélateur est à base de molécules qui absorbent la lumière et la transforment en infrarouges . Ceux-ci n'étant pas visibles à l'oeil nu, une caméra à rayons Gamma  permet de visualiser sur écran , les images interprétables. Comment ? Cette molécule réagit -c'est à dire devient fluorescente- en présence d'une enzyme produite par de nombreuses cellules cancéreuses: la gamma GT . Même les cellules cancéreuses ovariennes d'un millimètre se mettent à briller ! En une minute, elles deviennent verte à l'écran ou directement grâce à des lunettes spéciales.  Voyez vous- même.
 
 
La revue Science Translational Medicine vient de publier les résultats: certes, ils n'en sont qu'au stade expérimental et sur des souris . La chirurgie assistée par fluorescence 
est très prometteuse car elle présente l'avantage d'exposer la patiente à peu de produit avec un rapport risque/bénéfice amélioré.  Il existe une autre pratique dont les résultats sont parus dans la même revue en septembre 2011,  qui consiste à injecter à la patiente en intraveineux, un produit à base de molécules phosphorescentes liées à des vitamines qui se fixaient préferentiellement aux cellules cancéreuses des ovaires. La technique japonaise est très séduisante parce qu'elle est simple, rapide, immédiate, ne nécéssite pas d'injection la veille. Cependant le docteur Alain Le Pape ** modère : « Tous les autres produits ne vont pas être abandonnés pour autant. seules 75% des tumeurs produisent des gamma GT. Pour les autres, il faudra bien trouver autre chose. Le choix se fera au cas par cas
.».
 http://arbrealettres.files.wordpress.com/2009/10/espoir1.jpg                                                                                                                                                                 Pour lui - comme pour moi -  pas l'ombre d'un doute!  Ces techniques vont révolutionner la chirurgie oncologique dans quelques années en permettant la résection complète des plus petites tumeurs, même des métastases , améliorer le repérage des ganglions sentinelles..
 
* La laparotomie consiste en une incision de la paroi abdominalepermettant une chirurgie à ciel ouvert. Le type d’incision (horizontale ou verticale) sera choisi en fonction de la pathologie sousjacente.
 ** directeur scientifique du Centre d'imagerie du petit animal à Orléans

Bibliographie: Rapid Cancer Detection by Topically Spraying a γ-Glutamyltranspeptidase–Activated Fluorescent Probe Yasuteru UranoMasayo Sakabe   Nobuyuki Kosaka Mikako Ogawa,  Makoto MitsunagaDaisuke Asanuma  Mako Kamiya,  Matthew R. YoungTetsuo Nagano  Peter L. Choyke and   Hisataka Kobayashi                                     Autres sources: Fluoptics_  -  le figaro Une nouvelle technique pour améliorer le diagnostic précoce des cancers

Tag(s) : #Quoi de neuf en cancérologie?

Partager cet article

Repost 0